Une délégation des Chambres d’agriculture françaises, conduite par Guy Vasseur, s’est rendue les 8 et 9 mars derniers en République Tchèque et en Pologne, deux pays dont les positions sur l’avenir de la PAC sont jusqu’à présent éloignées de la déclaration franco-allemande.

Après avoir rencontré les Ministres de l’agriculture et plusieurs représentants politiques, les Chambres d’agriculture françaises sont parvenues à des rapprochements importants avec leurs homologues polonaises et tchèques, sur les principes qui doivent guider l’évolution de la Politique Agricole Commune après 2013, dans le prolongement de l’accord franco-allemand.

La République Tchèque et la Pologne ont en effet une position déterminante dans la négociation européenne. La position polonaise sur l’avenir de la PAC est principalement centrée sur la question de la future répartition des aides entre Etats membres. Pour sa part, la République Tchèque est fermement opposée au plafonnement des aides, et est traditionnellement réticente à la régulation des marchés. Ces pays sont organisés au sein du ‘groupe Visegrad’, qui réunit également la Slovaquie et la Hongrie.

Deux déclarations communes entre les Chambres d’Agriculture et les Chambres d’Agriculture françaises ont permis de préfigurer un rapprochement des positions de la profession agricole. Il repose sur quatre principes fondateurs :
– un budget de la PAC équilibrée au sein d’un budget européen conforté
– une redistribution équitable et progressive des aides
– des aides de verdissement dans le premier pilier pour valoriser les pratiques respectueuses de l’environnement
– la nécessité d’outils de régulation.

Ces avancées constituent un début de dialogue renforcé avec les chambres d’agriculture de ces pays et ouvrent la voie à des rencontres au niveau ministériel. Bruno Le Maire est attendu à Prague et à Varsovie.

Une mission équivalente est en cours de préparation pour le mois de mai en Autriche et en Hongrie.


Source: boursier.com

Ces articles pourraient aussi vous plaire :