Conférence IHEDN de M. Michel BARNIER (Commissaire européen au Marché intérieur et aux Services) du mardi 5 novembre 2013.

Lors du Conseil européen de décembre, les chefs d’État ou de gouvernement de l’UE auront l’occasion de définir ce que sera demain la politique européenne de sécurité et de défense commune.

Dans un monde en mutation, l’Europe se doit en effet de jouer un rôle plus important pour assurer la paix et la sécurité internationales. L’UE contribue à la gestion internationale des crises à travers sa politique de sécurité et de défense commune (PSDC). Elle devrait disposer de capacités qui puissent répondre aux besoins à venir. Dans le même temps, en raison des contraintes financières actuelles, il devient plus urgent pour les États européens de coopérer étroitement dans le développement des capacités militaires.

Dans ce contexte, le Conseil européen de décembre 2012 a demandé que des travaux soient menés sur trois objectifs qui sont étroitement liés:

  • Efficacité sur le plan opérationnel: il s’agit d’être en mesure de mieux répondre aux crises et de déployer les capacités requises de manière rapide et efficace. Il s’agit également de continuer à affiner l’approche globale de l’UE, qui consiste à mettre tous ses instruments au service de la prévention des conflits et de la gestion des crises.
  • Capacités de défense: il s’agit d’aligner les capacités civiles et militaires sur les besoins à venir. Une coopération européenne plus systématique et à long terme dans le domaine de la défense pourrait permettre de combler les lacunes en matière de capacités, par exemple en envisageant d’emblée dans la planification effectuée par les États membres la mutualisation et le partage des moyens.
  • Une industrie européenne de la défense plus forte: il s’agit de développer une base industrielle plus intégrée et plus compétitive pour l’industrie européenne de la défense, grâce par exemple au bon fonctionnement du marché de la défense ainsi qu’aux activités de recherche et de développement. Une industrie européenne de la défense plus forte est également synonyme d’emploi, d’innovation et de croissance: elle emploie près de 400 000 personnes, génère jusqu’à 960 000 emplois indirects et est source de nombreuses innovations.

Le Conseil européen de décembre 2013 fera le point des progrès accomplis et fournira de nouvelles orientations. La France dans ce cadre déclare vouloir ouvrir une nouvelle étape d’une Europe de la Défense: la maîtrise des dépenses publiques invite en effet à mutualiser les initiatives en associant largement les Etats Membres à la démarche. Les propositions françaises porteront notamment sur une rationalisation de la présence militaire européenne et une coordination des actions engagées, le développement de coopérations dans des domaines tels que le transport aérien, les satellites d’observation, le ravitaillement ou encore les drones.

Lors de son intervention, M. BARNIER revient sur le défi européen à horizon 2050 (voir illustration ci-dessous) et présente sa vision de l’enjeu désormais européen de la défense de l’intérêt national.

Globaltop10chart

 

Ces articles pourraient aussi vous plaire :