Jeudi 11 avril 2013, l’APGEF a eu le plaisir d’assister au séminaire et contribuer aux réflexions sur la politique publique d’accueil des étudiants et chercheurs étrangers à Paris. Cet événement, organisé par la Mairie de Paris en partenariat avec la Cité internationale universitaire de Paris (CiuP) et le Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires de Paris (CROUS), se déroulait dans le cadre prestigieux de l’Hôtel de Ville.

vue-panoramique-de-lhotel-de-ville-de-paris_grande
Le séminaire a été une occasion de présenter un bilan des politiques ‘Ville et Région en faveur de mobilité’ conduites depuis 10 ans. Les représentants de ces deux échelles ont pris la parole, respectivement, M. Didier GUILLOT, Adjoint au Maire de Paris chargé de la vie étudiant, et Mme Isabelle THIS SAINT-JEAN, Vice-présidente de la Région Île-de-France chargée de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Du point de vu des autorités publiques, l’attractivité de la ville en tant que lieu des études supérieures et sa renommé résultent principalement de la qualité d’accueil des étrangers. Paris est considéré comme une victime de son propre succès. Malgré les forts investissements, la capitale française se caractérise par une sous-capacité à accueillir des jeunes voulant poursuivre leurs études à Paris. Il est à noter que l’attractivité de Paris renforce également la mobilité internationale sortante et promeut l’échange.

La France se place en haut de rang des grand pays d’accueil d’étudiants étrangers, après les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Les pays de provenance des étudiants sont : les pays du Maghreb, la Chine, le Sénégal, le Cameroun, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et le Viet Nam. Les étudiants étrangers représentaient en France 12,3% de la population étudiante totale (il y a 2,3 millions d’étudiants en France) en 2011-2012, néanmoins cette proportion a été beaucoup plus élevée à Paris – 19,3%.

La Mairie de Paris s’investit dans plusieurs programmes pour faciliter la mobilité des étudiants et chercheurs étrangers. Avant tout, les efforts sont employés pour mettre en relation une variété d’acteurs souvent très dispersés et faciliter leur collaboration. Chaque année pendant la période de rentrée universitaire (pendant plusieurs semaines au cours de mois de septembre et d’octobre) le Service d’Accueil des Etudiants Etrangers est ouvert à Cité-U et au CROUS. Cette initiative, qui rassemble la Mairie, le CROUS, le CiuP et plusieurs services publics (la Préfecture de Police de Paris, l’OFII, la CAF, la DIRECCTE, la LMDE, la SMEREP et la RATP), permet de créer des équipes d’accueillants multilingues spécialement formés qui informent les étudiants étrangers des démarches à accomplir pour faciliter leur séjour à Paris.

La Mairie de Paris publie régulièrement une Lettre d’information sur la vie étudiante à Paris. La campagne publique d’information a abouti avec une création de plate-forme Web ‘etudiantdeparis.fr’, où les informations essentielles sont disponibles en français, anglais et espagnol. La création d’un portail commun de tous les acteurs est envisagée. De même, plusieurs initiatives ont lieu chaque année dans le cadre d’accompagnement culturelle des étudiants et des chercheurs étrangers, en vu de faciliter leurs insertion et socialisation. C’est le cas du festival artistique étudiant ‘Ici & demain’, ainsi que l’existence de la Maison des initiatives étudiantes (MIE) qui accompagne les jeunes porteurs d’un projet individuel ou des associations.

La première table ronde, avec des intervenants de Campus France et PRES Paris Est (Le Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur), a été consacre aux problématiques des nouveaux types d’échanges et de séjours qui se caractérisent par nouveaux pays d’origines, nouveaux acteurs, raccourci du temps de séjour ou encore de types de programmes. Plusieurs lotissements se font remarquer suite aux différences entre des étudiants étrangers étant en échange et ceux qui suivent le cursus plein, les étudiants et les chercheurs (qui viennent souvent à Paris avec leur familles) ou bien les ressortissant de l’Union européennes et des pays tiers. Cela exige une personnalisation d’accueil et d’accompagnement.

Le débat de la deuxième table ronde s’est focalisé sur les conditions d’accueil et les nouveaux rapports aux territoires et aux collectivités. Les témoignages des représentants du CROUS et de la CiuP ont été enrichis par la voie d’étudiants eux-mêmes. L’on constate au premier lieu des difficultés linguistiques, des problèmes liés aux recherches de logement, des complexités administratives (obtention de documents auprès de services compétant, nationaux) et un phénomène nouveau – une semestrialisation de séjours. Les propositions qui en résultent sont les suivantes : création d’un véritable ‘guichet unique’, attribution de titres de séjour pluriannuels, suppression de justification de revenu avant l’arrivée.

Le séminaire a été une bonne occasion d’échanges de bonnes pratiques et de s’interroger sur l’avenir. Parmi les points à améliorer l’on trouve la nécessité de simplifier des multiples dispositifs, d’insister sur la continuité d’accompagnement tout au long du séjour et au moment du départ d’un étudiant/chercheur étranger, ou encore de collaborer plus étroitement avec des associations et des établissements universitaires.

La ville de Paris a décidé de lancer un grand projet visant à rendre visible et à mettre en valeur le ‘campus’ parisiens à l’échelle de l’ensemble de la capitale. Le projet de benchmarking consiste non seulement au réaménagement urbaine et à la création de nouveau ‘Cité-U Paris Nord’, mais aussi à l’amélioration de diffusion d’informations sur la vie étudiante dans la capitale française et la gestion multifonctionnelle.

Les propositions de ce séminaire furent très intéressantes. Il est essentiel de capitaliser celles-ci pour améliorer l’accueil ainsi que la scolarité des étudiants étrangers dans l’avenir. La balle est dans le camp de la Mairie de Paris qui dispose de toutes les ressources (tant intellectuelles que matérielles) pour améliorer les points soulignés durant ce séminaire alors… poczekamy, zobaczymy !

Agnieszka Majewska, le 14 mai 2013

Ces articles pourraient aussi vous plaire :