La Pologne a bénéficié de fonds importants de l’UE pour financer ses grands projets. Elle engrange surtout les bénéfices d’une décennie de réformes, d’un système bancaire sain et d’une politique d’endettement stricte. Cette série est publiée sur notre site avec l’aimable autorisation du journaliste Stéphane Laugée que nous remercions très chaleureusement.

Un pays où il fait bon investir

« Nous avons une croissance très positive, et non sinusoïdale comme dans d’autres pays, et croisons les doigts pour que le potentiel polonais reste exponentiel dans les années à venir. » Iwona Sroka, présidente de KDPW, l’organisme dépositaire des valeurs mobilières, croit aux bonnes finances de son pays. Un potentiel déjà exploité par de nombreux investisseurs étrangers. « D’un côté, les entreprises polonaises ont besoin de capitaux pour développer leurs stratégies de croissance, et de l’autre les investisseurs n’ont pas peur du marché polonais et sont dési- reux d’investir sur les actions et les obligations polonaises », ajoute Iwona Sroka. La structure équilibrée des investisseurs est un atout, selon elle ; les étrangers représentent 50% du total, le reste est national. 30% du total sont des investisseurs institutionnels comme les fonds de pension, 20% sont des particuliers, pour un total d’un million et demi de comptes. « Cette structure est très bonne pour les entreprises étrangères, car l’influence du capital étranger est limitée par une base forte d’investisseurs locaux, ce qui apporte plus de stabilité en cas de mouvements des capitaux internationaux. Le succès du marché polonais repose sur cette structure équilibrée », développe la présidente de KDPW.

Photo: société de production audio-visuelle One Light Films – cliquez sur l’image pour accéder au site internet www.onelightfilms.com

Photo: société de production audio-visuelle One Light Films – cliquez sur l’image pour accéder au site internet www.onelightfilms.com

La Bourse de Varsovie a, elle aussi, une recette infaillible pour attirer les investisseurs. « Dans la catégorie des bourses moyennes par la taille, notre dynamique attire l’attention de nos investisseurs car nous sommes à la fois une bourse mature, complète, et une bourse de pays émergent, en offrant la stabilité de l’un et la croissance de l’autre. Nous ne sommes pas aussi dynamiques que les bourses d’Asie du sud-est mais offrons moins de risque, un niveau de stabilité, d’organisation et de sécurité de pays développé. ». Un discours bien rôdé qui a déjà permis à Ludwik Sobolewski, président de la Bourse de Varsovie, de comptabiliser un beau palmarès d’introductions. Avec encore une belle capacité de développement devant eux : « Je ne me fais pas de souci pour le marché des capitaux polonais, nous avons encore beaucoup de possibilités à l’intérieur du pays pour la croissance organique, nous avons des partenaires sains pour ça. C’est un message très positif dans ces temps difficiles pour l’Europe ». « De plus le système politique très stable est un facteur important qui contribue à notre attractivité auprès des investisseurs étrangers », conclut Iwona Sroka.


France-Pologne, une relation privilégiée

Selon les données de la Chambre de commerce franco-polonaise de Varsovie, la France est un investisseur important avec 19 milliards d’euros et 200 000 emplois liés. Maciej Witucki, président de TPSA, connait bien la relation qu’entretiennent ces deux pays puisqu’il préside aussi la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Pologne. La France est le troisième investisseur dans le pays, elle a multiplié ses investissements par 5 en 10 ans. « Pour l’instant, la Pologne est principalement un pays de sous-traitance, mais elle n’a pas à en rougir car elle s’oriente progressivement vers l’innovation grâce à une population active jeune, entreprenante et bien formée qui sait s’adapter à la demande, qui sait profiter des fonds européens et de la non appartenance à l’Eurozone ». Les relations avec la France sont bonnes : l’investissement français arrive en 3e position avec 18,7 milliards d’euros cumulés à la fin 2010, sans compter les investissements transitant par la Hollande ou le Luxembourg. Avec un regret néanmoins: le manque d’échanges universitaires et la perte de vitesse du Français langue étrangère parmi les étudiants polonais.

cfp

“Connexion France-Pologne” – la lettre d’information de l’APGEF et du Club France en Pogne. Cliquez sur l’image pour souscrire à notre liste de diffusion.

«Avant on parlait en termes de climat d’investissement, de climat juridique et d’aides fiscales pour attirer les investisseurs. Maintenant on revient tout simplement au fait fondamental que la Pologne, c’est avant tout un grand marché de près de 40 millions d’habitants ! On ne néglige pas un pays de cette taille avec une forte croissance du PIB, sachant qu’en plus dans ce marché il y a un optimisme fort, un coté croyance au miracle, cette image de l’ile verte donnée par le premier ministre à l’époque de la première crise avait beaucoup marqué les esprits. » Et le plombier polonais dans tout ça ? « On s’est beaucoup plaint des 2 millions de départs de polonais à l’étranger suite à l’entrée du pays dans la zone Schengen. Mais il faut savoir que parmi 40 millions d’habitants il y en avait quand même 2 millions qui n’avaient pas une bonne situation ici et qui ont entrepris une démarche risquée pour aller vivre en Angleterre, en Irlande ou en Islande, je précise qu’à un moment donné 20% de la population islandaise était polonaise… Cela prouve le gout de l’aventure des polonais. Ce qui est important c’est que beaucoup de ces gens reviennent. »


Nous vous proposons de conclure cette série avec quelques planches présentant la place qu’occupe la Pologne en Europe, préparées pour l’excellente émission d’Arte “Le Dessous des Cartes” en octobre 2012.


 

Retrouvez l’intégralité du dossier “La Pologne, bastion anti-crise de l’U.E. ?” en cliquant ici
Ces articles pourraient aussi vous plaire :