Une exposition des travaux de l’artiste britannique, d’origine polonaise, Franciszka Themerson est présentée à la 12 Star Gallery à Londres. Cette exposition s’inscrit dans la suite d’expositions, publications et autres manifestations à l’occasion de l’année « Themerson 2013 », en Pologne (Varsovie, Lodz et Plock), Amsterdam et ailleurs.

Cette galerie d’art, située dans la Maison Europa à Smith Square à Londres, s’est donnée pour mission de promouvoir des travaux et des œuvres qui célèbrent la créativité, l’ingéniosité et la diversité culturelle de l’Union Européenne.

L’artiste britannique d’origine polonaise en est particulièrement représentative:

Fille de l’artiste Jakub Weinles, elle est née à Varsovie en 1907. En 1931, à l’âge de 24 ans, Franciszka sort diplômée, avec les honneurs, de l’Académie des Beaux-Arts de la capitale polonaise. Sept ans plus tard, elle part s’installer en Europe de l’ouest, d’abord à Paris pendant deux ans, puis à Londres, avec son époux Stefan Themerson, écrivain et philosophe polonais. Ils y vivent jusqu’à leurs décès en 1988.

Très active dans différents domaines des arts visuels, elle est peintre, illustratrice, réalisatrice de films et créatrice de décors pour le théâtre, elle forme avec son mari, un couple d’artistes exceptionnel, visionnaires et avant-gardistes.

Du côté du cinéma, elle travaille à la création et la production de films expérimentaux, en collaboration avec Stefan. Cela donne naissance à divers films polonais : Apteka en 1930, Europa en 1931-32, Drobiazg Melodyjny en 1933, Zwarcie en 1935 et Przygoda Czlowieka Poczciwego en 1937, mais aussi deux films britanniques : Calling Mr Smith, un tableau de l’atrocité des Nazis en Pologne et The Eye and the Ear, inspiré par quatre morceaux de Karol Szymanowski, compositeur et pianiste polonais.

Franka-&-Stefan-1942

Franciszka & Stefan Themerson

Du côté de la littérature, le couple crée des textes et illustre de nombreux livres pour enfants, en polonais et en anglais, parmi les plus connus Pan Tom Buduje Dom de Stefan ou Kaczka Dziwaczka de Jan Brzechwa.

1945_franciszka-themerson-the strange-duckie

1945, Illustration de Franciszka Themerson, texte Jan Brzechwa
Cliquer sur l’image pour être redirigé vers le poème.

1947_franciszka-themerson-mr.tom-builds-a-home

1947, Illustration de Franciszka Themerson et texte de Stefan Themerson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parallèlement, ils fondent une maison d’édition originale: Gaberbocchus Press. Son nom est choisi avec attention :

gabberbocchus-press-logo_900

Gaberbbocchus Press Logo

Il vient d’une version latine (4ème strophe) de l’oncle de Lewis Carroll, Hassard Dodgson :
“The Jabberwock with eyes of flame
Came whiffling through the fulgey wood
 And burbled as it came!” Il fait en même temps référence au titre du poème de Lewis Carroll, Jabberwocky, tiré de sa nouvelle De l’autre côté du miroir (Through the looking glass and what Alice found there). Lewis Carroll est l’exemple même d’un poète d’avant-garde : d’une part, ce poème, suite inventée au conte Alice au Pays des Merveilles, est imprimé à l’envers dans le premier chapitre de la nouvelle; une glace est nécessaire à Alice pour parvenir à le lire. D’autre part, entreprendre sa traduction s’avère être un vrai défi. En effet, c’est être capable de jongler avec des expressions idiomatiques de la langue de Shakespeare en les adaptant à la sienne, pénétrer dans les profondeurs et exigences de rythme-musique-sens des deux langages, pour laisser le monde imaginaire de Lewis opérer sa magie. L’auteur joue avec les mots et triture la langue, en inventant des mot-valises, qu’il appelle « portmanteau » en référence au terme français. Il crée des néologismes formés par la fusion d’au moins deux mots: par exemple adulescent ou alicament, ou comme Lewis dans sa nouvelle, « slictueux » qui signifie souple, actif et onctueux.

header_logo

Le choix du nom de la maison d’édition prend donc tout son sens et participe de la sensibilité surréaliste et souvent absurde qu’on retrouve dans les œuvres publiées par les Themerson. En effet, la maison  se positionne en tant que l’un des plus importants éditeurs indépendant et avant-gardiste de Grande-Bretagne dans les années cinquante et soixante. Les textes et les illustrations publiées par le couple sont la preuve d’un choix réfléchi, dicté par l’éthique, soutenu par une pointe d’un humour subversif et d’un sens certain du ridicule de la nature humaine.

queneau-book

Exercises in Style by Raymond Queneau (Gaberbocchus edition)

gaberbocchus-jarry-ubu_roi_custom_290x463_04580732

Alfred Jarry Ubu Roi, London, Gaberbocchus Press, 1951

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gaberbocchus Press “un véhicule pour introduire de nouvelles idées”: publie en trente ans plus de 60 livres novateurs, incluant les travaux d’Alfred Jarry, Kurt Schwitters, Bertrand Russel ainsi que les propres livres du couple d’éditeurs. C’est chez eux que parait la première édition en anglais d’Ubu Roi d’Alfred Jarry. Les illustrations des Themerson et la typographie de Barbara Wright sur des plaques lithographiques la rendent unique dans son genre et particulièrement artistique.

Du côté du théâtre : En 1964, le Théâtre de Marionnettes de Stockholm invite Franciszka à créer les costumes et les décors pour sa production d’Ubu roi. Ce spectacle parcourt alors le monde pendant vingt-cinq ans. En 1970, Franciszka crée des costumes pour une version révisée d’Ubu enchaîné au Jytte Abildström’s Dukke Teater, à Copenhague. La plupart de ces créations sont exposées au Théâtre National de Londres en 1993.

JarryelaPatafisica139

Marionetteatern Stockholm – Ubu Roi, directed by Michael Meschke. Stage design and puppets: Franciszka Themerson.

Du côté de la peinture, elle réalise des expositions internationales dans de nombreuses villes : Londres, Varsovie, Lodz, Belfast, Edinburgh, New York, Wroclaw, Gdansk, Poznan, Aalborg, Brighton…

Picture_3_05

Franciszka Themerson, “Voici un monsieur qui a été dévéloppé par l’état” (1960)

Quinze peintures de cette artiste aux multiples talents sont actuellement à découvrir à la 12 Star Gallery. Nick Wadley, ami intime des Themerson, introduit l’exposition de la manière suivante : « alors qu’elles [les œuvres] ont de nombreuses affinités avec la vague européenne d’art post-cubique, elles rendent également compte d’une vision très personnelle du monde qui l’entoure [Franciszka], avec une touche d’un humour polonais pince-sans-rire mais suffisamment limpide pour que l’on puisse, nous même, y retrouver des allusions aux comédies et tragédies du monde, à la vie quotidienne et à l’universel ».

L’exposition des travaux de Franciszka Themerson, artiste polonaise, européenne et internationale, se tient à Londres jusqu’au 8 mars.

L.Drozdowski

Ces articles pourraient aussi vous plaire :