A l’heure où Bronislaw Komorowski déclare que “la Pologne prépare un plan d’action qui sera annoncé sous forme d’un calendrier pour les préparatifs polonais d’entrée dans la zone euro au bon moment”, Jean-Christophe Victor étudie les scénarios possibles de l’avenir de l’Europe.

Si la Pologne n’a pas donné de date pour son entrée effective dans la zone euro, les plus europhiles des partisans n’anticipent pas une entrée de façon réaliste avant 2016. Ils font valoir que la zone euro doit d’abord se stabiliser après la crise de la dette qui l’a secouée. De plus, selon les règles qui régissent l’entrée dans la zone euro, un pays doit attendre deux ans après avoir atteint les critères d’accession sur le plan économique.

Compte tenu de ses résultats actuels, la Pologne annonce pouvoir aligner ses finances publiques sur les critères d’accession de Maastricht en 2013 :

  • Une dette publique 2012 estimée à 66,30% du PIB (contre 100% pour la France et un maximum de 60% selon les critères de Maastricht)
  • Un déficit 2012 estimé à 3,7% du PIB (contre 4,6% pour la France et un maximum de 3% selon les critères de Maastricht)

“Ce sera plus facile de prendre cette décision quand la zone euro sera soignée”, a déclaré le chef de l’Etat. “Aujourd’hui, l’opinion publique craint l’entrée dans la zone euro parce qu’elle perçoit des signaux négatifs. Nous devons travailler sur cette opinion et sur la zone euro elle-même.”

 

Finances publiques polonaise et française: déficit et dette exprimés en % du PIB.

Sources:

  • www.arte.tv
  • www.gecodia.fr
Ces articles pourraient aussi vous plaire :