Gazprom a annoncé, le 25 novembre 2015, la suspension des livraisons de gaz en Ukraine jusqu’au prochain prépaiement anticipé. À 10 heures, heure de Moscou (8 heures française), les livraisons de gaz russe ont été stoppées. Gazprom tente de menacer à nouveau l’Europe en mettant en péril l’approvisionnement en gaz naturel à destination des États de l’Union européenne.

Rappelons que le 1er juillet 2015, après l’interruption des négociations tripartites à Vienne et après le refus de prépaiement anticipé par l’Ukraine pour l’approvisionnement en gaz, Naftohaz Ukraine a annoncé qu’il suspendait l’achat de gaz en provenance de Russie. Tout au long de mois juillet, Ukrtransgaz admettait, fièrement, l’importation, d’Europe, d’environ 6,3 mld m3 durant les deux premiers trimestres de 2015. Les Ukrainiens ont eu recours à l’interconnexion entre la Slovaquie et l’Ukraine. D’autres plans d’approvisionnement en gaz ont été abordés, tels que les importations en provenance de la Roumanie ou même l’utilisation du terminal GNL ‘Independence’ à Klaipėda en Lituanie. Techniquement le gaz pourrait être transporté par le territoire de la Biélorussie, mais le refus de Transgaz Belarus (l’opérateur des gazoducs en Biélorussie) n’a surpris personne.

Ukraine gas flow 2Figure 1 Russian gas inflow, transit and gas for Ukraine, Source: Ukrtransgaz; Analyse: Instytut Studiów Energetycznych

La situation n’a donc pas été facile pour l’Ukraine qui devait recharger ses stocks de gaz avant l’hiver. Un prêt de 500 mln de dollars a été accordé le 9 octobre 2015 par la Banque Mondiale et la Banque européenne d’Investissement (où l’Union européenne s’est portée garante) pour ce ‘shopping hivernal ukrainien’. Le 12 octobre 2015, Gazprom a obtenu le prépaiement anticipé d’environ 234 mln de dollars pour approvisionner le pays en gaz.  D’après les données Ukrtransgaz (Figure 1), on peut remarquer que juste après le paiement, l’Ukraine a reçu 50,35 mln m3 de gaz naturel et 103,59 mln m3 le jour suivant. Selon les informations de Gazprom, Naftohaz Ukraine a commandé 114 mln de m3 de gaz naturel par jour. Il faut, également, souligner que Gazprom a exporté environ 306 mln de m3 en Ukraine, dont 202,44 mln de m3 de gaz naturel pour le transit vers l’Europe.

Selon les dernières informations présentées dans les médias, c’est le Premier ministre ukrainien, Arsenij Jaceniuk, qui a demandé à Naftohaz Ukraine d’arrêter les achats du gaz naturel. Il a aussi annoncé que les prix du gaz naturel offerts par les fournisseurs européens, dont l’Allemagne, étaient plus favorables que les propositions russes (notons que cela reste toujours le gaz russe, mais vendu par les États membres de l’UE). En même temps, les données de Gas Infrastructure Europe (GIE)[1] montrent que les stocks ukrainiens de gaz naturel sont estimés, à ce jour, à 16,451 mld m3 ce qui représente 53,16% de la capacité maximale (la capacité totale de stockage est d’environ 31 mld m3 – Figure 2) et le gaz technique permettant d’assurer le fonctionnement des magasins est d’environ 5 mld m3. Ce qui signifie que l’Ukraine a réussi à emmagasiner environ 11 mld m3 pour couvrir les demandes de l’hiver et pour assurer le transit vers l’Europe. Gazprom affirme, néanmoins, depuis juin 2015, que le niveau des stocks devrait être d’environ 19 mld m3 pour que l’on puisse parler d’une situation stable. L’arrivée de l’hiver confirmera rapidement quelle partie du conflit avait raison…

Gas Balances in Ukrainian Underground Storages Figure 2 Stockage de gaz en Ukraine (mcm) – donnée du 23/11/15, Source: Naftogaz

Depuis un moment, l’Ukraine essaie de regagner son indépendance face à Gazprom. Il faut dire qu’elle est sur la bonne voie, mais la question qui se pose est de savoir si les États membres seront toujours d’accord pour vendre leurs surplus de gaz naturel aux Ukrainiens ?

Comme presque chaque hiver, Gazprom commence sa propagande concernant les menaces de l’Europe. Naftohaz Ukraine a clairement informé dans son communique de presse que le gaz russe sera acheté en fonction des besoins, du niveau de la consommation en Ukraine et des prix et propositions sur le marché Européen[2]. Naftohaz Ukraine a aussi confirmé que le transit vers l’Europe sera assuré sans aucun problème. Ceci est démontré par notre diagramme où on peut voir la stabilité du transit du gaz naturel (Figure 1).

N’oublions pas que Gazprom annonce ouvertement que les approvisionnements du gaz par l’Ukraine pourraient s’arrêter rapidement et le gazoduc Brotherhood, traversant l’Ukraine, serait fermé définitivement. Avec son projet et son lobby concernant Nord Stream II, Gazprom fait aujourd’hui tout ce qui est en son pouvoir pour affaiblir l’image de l’Ukraine en Europe.

Mateusz Sikora

[1] http://www.gie.eu

[2] http://www.naftogaz.com/www/3/nakweb.nsf/0/34EA0D3AEF808C86C2257F080036BADB?OpenDocument&year=2015&month=11&nt=Новини&

Ces articles pourraient aussi vous plaire :