Le portrait de Jan Kulczyk inaugure notre série “l’homme du jour” que nous publierons régulièrement. Homme d’affaires polonais majeur né à Bydgoszcz, M. Kulczyk fêtera ses 61 ans en juin prochain. Il est le propriétaire de Kulczyk Holding dont le siège se trouve à Varsovie, ainsi que d’un fond d’investissement baptisé Kulczyk Investments siégeant au Luxembourg et dont les bureaux se trouvent à Londres, Kiev et Dubaï. Premier milliardaire polonais de l’après-communisme, M. Kulczyk se place en tête du classement mondial des Polonais les plus riches depuis des années. Sa fortune est estimée par le magazine Wprost à 1,6 milliards d’euros.

Alors – me direz-vous – pourquoi ouvrir une série de portraits avec celui de M. Kulczyk ? Que le lecteur soit rassuré: notre choix n’est absolument pas dicté par une volonté d’afficher certaines valeurs qui présageraient de la suite de notre sélection. J’ai entendu le nom de M. Kulczyk pour la première fois lorsqu’il était question du rachat d’ENEA: Kulczyk Holding était alors short-listée au même titre que EDF et GDF SUEZ côté français pour l’acquisition de 51% du #3 polonais de l’énergie.. (lire l’article à ce sujet)

Quelques recherches m’ont permis d’approcher un calibre qui m’était jusqu’alors très peu connu: homme d’affaires + richissime + polonais, un triptyque dont peu d’exemples me venaient à l’esprit. Voilà ce qui guidera mes choix dans la sélection des portraits à venir: la simple curiosité. Qui donc sont les hommes visibles de la Pologne actuelle, quels sont leur domaines, parcours ou origines? Commençons par un bout, celui qui m’est peut-être un des plus étrangers: entrons dans le monde des businessmen polonais.

Qu’apprend-on sur M. Kulczyk? Qu’il a étudié le droit à l’Université Adam Mickiewicz de Poznan, institution prestigieuse fondée en 1919, le commerce international à l’Université d’Economie de Poznan, et que M. Kulczyk est titulaire d’un doctorat en droit international.

Wikipedia nous informe que l’empire de JK repose sur un héritage familial. Son père a ainsi créé 3 entreprises après la 2eme Guerre Mondiale; elles furent nationalisées par le gouvernement communiste. En 1981, JK créé Interkulpol, une des toutes premières entreprises intégrant des capitaux étrangers en Pologne. En 1988, il créé Kulczyk Tradex, canal officiel de commercialisation de véhicules Volkswagen et Audi en Pologne. Après l’effondrement du régime communiste, dans une nouvelle Pologne libre, démocratique et capitaliste, il devient le représentant de Volkswagen. Enfin, en 1991 apparaît la fameuse Kulczyk Holding détenue aujourd’hui par le fond d’investissement Kulczyk Investments.

La machine de guerre économique s’appelle donc Kulczyk Investments, construit sa renommée sur la privatisation de sociétés d’Etat et adopte une stratégie portant sur les secteurs pétrole et gaz, infrastructures et immobilier. Voici quelques chiffres éclairants sur l’ampleur de ses activités:

  • Le fond détient ainsi 10,1% de Aurelian Oil&Gas (exploration et production – E&P de gaz et de pétrole), 39% de Loon Energy Corporation (E&P en Colombie et au Pérou), 48,55% de Kulczyk Oil Ventures (E&P en Syrie, Sultanat de Brunei, Ukraine), 7,49% de Ophir Energy (E&P en Afrique).
  • En 2009, investit dans le second producteur mondial de bières SABMiller Plc (3,8% des parts).
  • Au travers de filiales, le fond détient 24% de Autostrada Wielkopolska, et 40% de Autostrada Wielkoposlka II (constructeur et opérateur d’autoroutes en Pologne occidentale).
  • Il détient les leaders de l’importation de Skoda, Volksawagen, Audi et Porsche en Pologne.
  • Il détient près de 58% de PEKAES SA, leader du secteur transport et logistique polonais
  • Enfin, Kulczyk Investments détient 100% de Polenergia, opérateur énergétique polonais, et 100% de KI Energy Trading, et 100% de Elektrocieplownia Now Sarzyna, centrale à cycle combiné gaz.
  • Si selon certains Jan Kulczyk est un patron talentueux, pour beaucoup il incarne le personnage qui a fait fortune grâce à ses contacts avec le pouvoir. En 2004, il s’est vu mêlé à un gros scandale autour du groupe pétrolier PKN Orlen, dont il était un actionnaire minoritaire. Dans ce climat, le milliardaire a préféré s’installer à Londres, tout en investissant dans l’immobilier à Dubai et en mariant sa fille à un jeune aristocrate polonais.

    Pour terminer, offrons-nous quelques mots de Jan Kulczyk en personne.

    [youtube 4VGy4mlkx3c]

    Ces articles pourraient aussi vous plaire :