La Maison de la Photographie Robert Doisneau, 94250 Gentilly, présente du 6 février au 4 mai 2014

Exposition Gérald Assouline

Le ciel était si bas

Vernissage le jeudi 6 février à 19h

Gérald Assouline, photographe et sociologue, est un homme de terrain. Depuis 1999, il parcourt l’Europe orientale, cette Europe des langues baltes et slaves, cette Europe de l’ex-Bloc soviétique qui s’étend de l’Estonie à l’Ukraine en passant par la Pologne et la Biélorussie. C’est d’abord le hasard qui le mène vers cette partie du continent puis l’évidence et la nécessité de retourner là-bas. Sans plan préconçu, sans géographie précise, le besoin s’impose à lui d’interroger, de comprendre et d’expliquer cet ailleurs, cet espace qui lui est étranger, fasciné dit-il par la « friction des plaques historiques, culturelles, etc. qui produit des fantômes ».

Tallinn, Cracovie, Vitebsk ou Kiev sont indéniablement associées à l’histoire du 20ème siècle. Leurs noms évoquent cet au-delà d’une barrière invisible qui a séparé l’Est de l’Ouest européen, frontière quasi hermétique qui a alimenté les idéaux, les fantasmes et les désillusions et qui, contre toute attente, est brusquement tombé avec le mur de Berlin. Il y a 25 ans à peine, les pays du pacte de Varsovie ont fait machine arrière pour progressivement « sortir » du communisme et tendre vers une réunification avec la partie occidentale de l’Europe. Avec étonnement nous regardons la célérité de cette marche vers l’uniformité et nous nous racontons aujourd’hui encore l’effondrement de ce monde d’hier.

Chaque voyage est une occasion pour Gérald Assouline d’observer l’évolution du décor depuis la chute du rideau, de constater la transformation des villes et la conversion des mentalités. En tant que photographe, il fixe des repères topographiques et pose une chronologie. Mais sa démarche outrepasse la simple aptitude documentaire de l’image pour prendre des chemins plus détournés, privilégiant l’expérience intime, cultivant l’art de l’errance et son riche lot de découvertes et de rencontres. Il photographie à rebours, s’intéresse davantage au ressenti qu’aux détails perçus, capte des atmosphères plutôt que des paysages, obtient des sentiments sous l’apparence de portraits. Son appareil convoque les songes, révèle les souvenirs et raconte paradoxalement l’exacte réalité des lieux et des personnes qu’il fréquente : les stigmates d’une histoire douloureuse, la nostalgie d’un passé glorieux mais aussi l’humeur du temps présent, les tempéraments bien vivants et l’espoir d’un avenir peut-être radieux.

C’est en train qu’il sillonne ces territoires de la Baltique à la Mer Noire. Le reste du temps est consacré à de longues marches solitaires. Ses « déplacements photographiques » comme il les appelle, sont réunis ici sous un titre éloquent et évocateur. « Le ciel était si bas » réveille un contexte climatique, accuse une lumière qui a vraisemblablement conditionné des prises de vues mais traduit surtout cet état d’âme où se croisent les fameux fantômes de l’Est : il y a l’hiver, le froid, la neige, la fugacité du jour et la lueur des éclairages publics. Les images sont denses. La matière est visible. Les scènes sont faites de grains, de flous, de bougés, de noirs profonds et de zones brulées. La manière de Gérald Assouline colle au plus près à l’empreinte gardée en mémoire et à la réminiscence du moment vécu.

Michaël Houlette
Annie-Laure Wanaverbecq

 assouline_2

Gérald Assouline
Il est membre de l’UPP, Union des Photographes Professionnels, membre fondateur de l’association Paroles par l’Image (www.parimage.org) et de l’association Réseau ASTRA, agriculture sociale et thérapeutique en Rhône Alpes (www.res-astra.org).

Formation
1983 : Il obtient un doctorat en socio-économie du développement à l’Université des Sciences Sociales de Grenoble.
Il est photographe et réalisateur autodidacte.

Trajectoire professionnelle
Photographe et réalisateur de films documentaires, engagé dans le social
Dès la fin des années 80, la photographie est mobilisée comme outil de stimulation des interactions et de sensibilisation au sein de groupes, essentiellement dans les pays en développement et plus récemment en Europe.
De 1987 à 1989 : Premières expériences de coproductions audiovisuelles à des fins didactiques, avec des paysans sans terre du Brésil (montages audio-visuels et vidéo). Depuis plusieurs années, activité de conception et d’animation d’ateliers de création photographique et vidéo, ayant pour ambition de donner à des publics vulnérables le désir et la capacité de s’exprimer par l’image. Cela se fait avec des groupes ruraux, des groupes de jeunes en difficulté, des personnes en situation d’exclusion et de handicap, des adolescents.
2009-2011 : le projet La Caravane l’Image permet à des habitants de villages et quartiers de prendre l’appareil photo et (s’) exposer au regard des autres et participer ainsi à la narration visuelle de leur territoire. Le site internet de Paroles par l’Image (www.parimage.org) est très explicite sur les objectifs et le contenu de cette composante de mon activité de photographe et réalisateur de films.

Photographe et réalisateur
Simultanément, une démarche d’auteur et de recherche photographique personnelle est menée sur le thème des espaces frontières, de l’entre-deux, des limites:
– Fantômes à l’est (1999-2011), de la Baltique à la Mer Noire, terres de confines.
– Night Zigzags (1999-2008).
– Esperar, de Lisbonne àOdessa: Lisbonne, Tanger, Marseille, Venise, Istanbul,Odessa (2002-2013).

Sociologue
Depuis 1984 : Activité de recherche et développement orientée vers le soutien aux communautés rurales engagées dans des démarches collectives et le développement rural durable. Aujourd’hui, cela se fait essentiellement en Europe, au sein de réseaux et de projets multiculturels. La photo et la vidéo sont utilisées comme des outils d’animation participative et de valorisation des expériences.
Entre 1998 et 2007 : Il est professeur associé à l’Université des Sciences Sociales de Grenoble.
Depuis 2005 : Il enseigne la sociologie à l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne.

assouline_3

Expositions et projections
2002 : Confins Baltes en Hiver, Galerie Kinogalerja, Mois de la Photo organisé par le Centre Culturel Français de Riga, Lettonie. Borderlands, Galleri Image, Aarhus, Danemark.
2003 : Tango Baltico, projection Lielas Kristaps, National film festival, Riga, Lettonie. Group Viewing, Foto Triennale, Odense, Danemark. Inactinique, exposition organisée par Fenêtre sur Cour à Confluences, Paris. Confins Baltes, et projection ‘en première’ du film Tango Baltico, Galerie Atelier Josef Sudek Prague, République Tchèque.
2004 : Diagonale de nuit: Riga (Lettonie), Septembre de la Photographie à Lyon : «Europa, l’Esprit des Villes », Lyon.
2005 : Attente… au bord de la Baltique, Maison de la Photographie Robert Doisneau, Gentilly.
2007 : Somewhere in the nights, Creative Images Fine Art Photo Exhibit, Indianapolis, Etats-Unis. Exposition collective de la Collection de la Maison de la Photographie Robert Doisneau, mairie de Villejuif, pour les 10 ans de la Maison de la Photographie Robert Doisneau.
2008 : Night Zigzags, projection aux 11ème Instants Vidéo, Marseille. Lisbon Story (un haiku photographique), Galerie Camayeux, Marseille avec 9 autres photographes, Maison de la Photographie, Toulon. Night Zigzags, projection Angkor Photography Festival, Siem Reap, Cambodge. Night Zigzags, projection Festival Zemos 98, Seville, Espagne.
2009 : Esperar (de Lisbonne à Istanbul, de Marseille à Odessa), Galerie Camayeux, Marseille. Esperar (de Lisbonne à Istanbul, de Marseille à Odessa), Musée Pouchkine, Printemps Français en Ukraine, Odessa, Ukraine.
2011 : Exposition collective de la Collection de la Pinacothèque de Genève, Forum Meyrin, Suisse. Esperar, de Lisbonne à Istanbul, Marseille to Odessa. Le Square, Grenoble. Night Zigzags, primé au Photofilmfestival, FotoKuu, Tallinn,Estonie. Esperar (de Lisbonne à Istanbul, de Marseille à Odessa), Pinacothèque de Genève, Suisse. Night Zigzags, projection au Festival di fotografia di Colorno, Italie. Night Zigzags, projection aux Nuits Photographiques, Paris et Arles.
2012 : 13 :04, Lucerne International Film Festival, Award of Merit, Suisse. Artiste invité du Festival international de cinéma et vidéo, Invideo 2012, Milan.

Prix
– Honorary Award of Merit pour 13:04, au Lucerne International Film Festival, octobre 2012.
– Prix pour Night Zigzags au Photofilm festival, FotoKuu, Tallinn, Estonie, octobre. 2011.
– Prix Stepbeyond de la European Culture Foundation, Amsterdam, en 2007 et 2009.

assouline_5

Filmographie
Films documentaires personnels
2003 : Tango Baltico, DVD, 8’30, photofilm.
2008 : Night ZigZags, DVD, 7’32, photofilm.
2012 : 13:04, DVD, 10’44, photofilm.
Voir : www.geraldassouline.fr
Films documentaires à caractère social
Voir la liste complète et visionnage sur : www.parimage.org, www.res-astra.org
2006 : Un gars sort de chez lui, DVD, 6’, réalisé en collaboration avec Djamila Daddi-Addoun et les jeunes de la Protection Judiciaire de la Jeunesse de l‘Isère, Grenoble.
2007 : Histoires de Petits Fermiers, DVD, 9’, à partir des photos réalisées par des enfants handicapés, à la Ferme Thérapeutique de Saint Jean de Vaulx, Isère.
2009 : Paroles de vie, DVD, 8’50, avec et sur des chômeurs, résidant et travaillant à Solid-Action, Isère, jardin d’insertion. Instants partagés avec des autistes de la Ferme de Bellechambre, DVD, 10’, avec et sur des adultes handicapés, résidant et travaillant à la Ferme Thérapeutique de Bellechambre, Isère.
2011 : Ici c’est calme, DVD, 16’23, avec des personnes handicapées, en insertion à la Ferme de l’ESAT du Habert, Savoie.
2012 : Pour moi, c’est une ferme, DVD, 15’ 33. Chez Fabienne Garderet, à la Ferme d’Antan. Film réalisé dans le cadre d’un atelier photo, à partir des photos réalisées par des adultes handicapés du Foyer Abri, de l’AFIPAEIM de Saint-Egrève (38) et des encadrants. A la ferme de Claudette et Jean Christophe, DVD, film en 2 parties, 16’ + 20’.
partie 1 : Comment Claudette a construit son projet d’accueil social.
partie 2 : Quand des enfants de l’IMPRO de Mornant sont accueillis par Claudette et Jean Christophe.
Au Béal, la vie en partage, DVD, 17’12. Quatre couples d’hôtes accueillent 23 résidents, appelés compagnons, souffrant de déficiences mentales. Une communauté rurale et agricole pour laquelle le travail n’est pas tout, loin de là.
2013 : Cours de vie, DVD, 33’. Film réalisé dans un jardin d’insertion, près de Chambéry.
Pas d’âge, DVD, 21’. Le récit d’une immersion dans une maison de retraite,
hébergeant principalement des résidents souffrant de la maladie d’Alzheimer.

assouline_4

Publications
Ouvrage
– Fantômes à l’est (en cours). POSTCART, Rome.
Catalogues et autres
– Les Confins baltes en hiver, 2002, 50 pages, QAP.
– Calendrier 2006, 12 photos, pour le compte du Parti Socialiste de Genève, Suisse.
– Le temps d’une pause, 2004, Calendrier, 13 photos, 3 Bornes Graphic, Paris.
Travaux documentaires
– Travaux documentaires publiés dans des journaux et revues français et européens.

 

assouline_6

Ces articles pourraient aussi vous plaire :