La Bibliothèque Polonaise a le plaisir de vous convier, le mardi 2 avril, à une conférence pour découvrir Boleslaw Prus, écrivain et journaliste polonais.

Piotr Bilos, professeur agrégé (INALCO) et Krzysztof Rutkowski, professeur à l’université de Varsovie et auteur de Wokulski w Paryzu, y reviendront sur la carrière et les oeuvres de Boleslaw Prus.  Au cours de cette conférence, présidée par Maria Delaperrière, professeur émérite (INALCO), un extrait de son plus grand roman La Poupée, sera lu par Witold Zahorski.

Boleslaw Prus, de son vrai nom Aleksander Glowacki est l’un des romanciers les plus admirés et aimés des polonais, de renommée internationale. Représentant du positivisme polonais, il devient par la suite réaliste. Il a été candidat au Prix Nobel de la Littérature et a eu un grand succès pour ses oeuvres La Poupée et Le Pharaon. 

invitation 2 04 2013 - copie

Invitation de la Bilbiothèque Polonaise: Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 Quelques lignes sur sa vie: 

Boleslaw_Prus_portretNé en 1847 dans la région de Hrubieszow, Aleksander est un brillant élève. Engagé dans l’Insurrection de 1863, emprisonné dans la Forteresse de Lublin avec d’autres insurgés puis libéré, il parvient à finir ses études avec succès.

Ambitieux, il décide de partir s’installer à Varsovie et suivre des cours de mathématiques et physique à l’Université de Varsovie, pour les études supérieures. Cependant, les conditions de vie sont très difficiles et il se voit forcé d’abandonner ses études pour trouver un moyen de gagner de l’argent. En passant par différents métiers (serrurier, photographe…) il finit par rédiger de courts récits humoristiques dans les revues satiriques Mucha et Kolce. Ces écrits sont signés du pseudonyme Boleslaw Prus car il espère un jour pouvoir signer de son vrai nom des publications scientifiques.

En 1875, sa situation financière se stabilise et il épouse Oktawia Trembinska, une cousine lointaine. La rédaction d’articles semble lui plaire et il commence à travailler avec deux journaux très populaires Niwa et Kurier Warszawski. Il rencontre un grand succès grâce à ses deux chroniques Kartki z podrozy et Kroniki Tygodniowe, où il partage les observations et impressions qu’ils rapportent de ses voyages autour de la Pologne. Plus tard, ses romans en seront nourris.

Tombé malade en 1878, il ne peut plus faire son métier de journaliste, il décide donc de rédiger des romans, dont Przygoda Stasia qui retient particulièrement l’attention des lecteurs. Il se positionne ensuite comme un observateur lucide du quotidien des “laissés pour compte” et rédige différentes nouvelles et récits tels que  KamizelkaMichalkoKatarynkaAntekPowracajaca fala, ainsi que la célèbre critique de Ogniem i Mieczem d’Henryk Sienkiewicz.

En 1882, il devient le rédacteur en chef du journal Nowiny, qui fait faillite peu après. Dès lors, il se consacre entièrement à son travail écrivain et ses romans AnielkaPlacowkaLalkaEmancypantki, et Faraon deviennent des classiques de la littérature polonaise. En 1895, il part pour la première fois à l’étranger et découvre la Suisse, l’Allemagne et la France. Il s’inspire de la révolution russe de 1905 pour son roman Dzieci, et laisse une oeuvre inachevée Przemiany.

Portret_autograf_Prusa_3943232

Boleslaw Prus décède en 1912 à Varsovie et rassemble pour son enterrement des foules entières d’admirateurs. On peut voir sur sa tombe, gravé Serce Serc: Le Coeur des coeurs.

Boleslaw Prus, un humaniste et grand romancier, aimé de tous.

Plus d’informations sur la conférence de la Bibliothèque Polonaise en suivant ce lien: Boleslaw Prus

Ces articles pourraient aussi vous plaire :