Lundi 8 octobre 2018 à Incheon (Corée du Sud), le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a dévoilé son Rapport spécial sur les conséquences d’un réchauffement planétaire de 1,5 °C. Un travail qui a mobilisé plus de 91 auteurs et éditeurs-relecteurs issus de 40 pays différents, pour répondre aux interrogations des pays signataires de l’Accord de Paris en 2015: quels sont les avantages à viser 1,5 °C de réchauffement maximum par rapport à l’ère pré-industrielle, plutôt que 2 °C ? Est-il encore possible d’atteindre cet objectif ?

Oui, à en croire les 34 pages du résumé des décideurs, même si le climat s’est d’ores et déjà réchauffé d’un degré Celsius depuis l’époque pré-industrielle, c’est-à-dire depuis environ 1800.

Valérie Masson-Delmotte, co-présidente du groupe I du GIEC et chercheure au LSCE-IPSL – Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement de Saclay, rappelle les messages-clefs du rapport:

  1. Le changement climatique affecte déjà les populations, les écosystèmes et les moyens de subsistance ;
  2. Il y a des avantages indéniables à limiter le réchauffement à 1,5°C par rapport à 2°C ou plus. Chaque dixième de degré compte ;
  3. Limiter le réchauffement global à 1,5°C n’est pas impossible mais demanderait des transitions sans précédent dans tous les aspects de la société ;
  4. Limiter le réchauffement climatique à 1,5°C peut aller de pair avec la réalisation d’autres objectifs mondiaux du développement durable.

Dans la foulée de cette publication, des élèves d’HEC Paris, d’AgroParisTech, de CentraleSupélec, de l’Ecole Polytechnique et de l’ENS (Ecole normale supérieure) Ulm ont publié un « manifeste étudiant pour un réveil écologique », signé à ce jour par plus de 13.000 étudiants dont nous nous faisons le relais.

Nous, étudiants en 2018, faisons le constat suivant : malgré les multiples appels de la communauté scientifique, malgré les changements irréversibles d’ores et déjà observés à travers le monde, nos sociétés continuent leur trajectoire vers une catastrophe environnementale et humaine.

Face à ce constat, les étudiants se disent prêts « à questionner notre zone de confort pour que la société change profondément ». Notamment « en se tournant vers les employeurs que nous estimerons en accord avec nos revendications ».

Nous affirmons qu’il est possible de bien vivre sans sombrer ni dans l’ultra-consommation ni dans le dénuement total ; que l’économie doit être consciente de sa dépendance à son environnement pour être pérenne ; et que la réponse aux problèmes environnementaux est cruciale pour la réduction des inégalités et des risques de conflits. La société que nous voulons n’est pas une société plus dure, plus triste, de privation subie ; c’est une société plus sereine, plus agréable, de ralentissement choisi (…) C’est pour toutes ces raisons que les entreprises doivent accepter de placer les logiques écologiques au cœur de leur organisation et de leurs activités.

Se renseigner et s'engager pour un réveil écologique

Pour aller plus loin retrouver Alain Finkielkraut dans son émission Répliques “Penser l’écologie”.

Aux deux invités les philosophes Catherine Larrère et Michel Deguy, Alain Finkielkraut soumet une contre-proposition qu’a formulée Karel Kosik, le grand penseur du Printemps de Prague : « L’époque ordonne sauver le monde et le salut du monde peut se réaliser uniquement en tant que changement de paradigme c’est-à-dire en tant que changement de rapport fondamental et fondateur que les gens entretiennent avec ce qui est, y compris leur propre moi. »

Derniers articles :

Le programme de la SHLP/BPP pour l’année 2020 est disponible

Madame, Monsieur, Nous avons le plaisir de vous informer que le programme de la Société Historique et Littéraire Polonaise / Bibliothèque Polonaise...

Nous vous souhaitons de très belles fêtes de fin d’année

Nous vous souhaitons de très belles et heureuses fêtes de fin d’année. Cette année, c’est avec une nouvelle carte que nous voulions vous souhaiter,...

16.12.19 – L’affolement du monde : perspectives géopolitiques. Thomas GOMART Directeur de l’Institut français des relations internationales

L'affolement du monde : perspectives géopolitiques. Thomas GOMART Directeur de l'Institut français des relations internationales INSCRIVEZ-VOUS...

Applications open to the College of Europe – Scholarships for Polish candidates

At the beginning of October the College of Europe announced the opening of applications for the academic year 2020-2021. Candidates can submit their...

Ce soir à 17h: réunion traditionnelle de la SHLP

Bonjour, à l'occasion à l’occasion du 189e anniversaire de l’Insurrection du 29 Novembre 1830, vous êtes invités à la réunion traditionnelle de la...

Google Trends Pologne :

Réseaux sociaux :

Tous les mois, une occasion de rencontre en France ou en Pologne. Restons en contact !

Devenez membre à part entière de notre réseau et soutenez notre développement

Manifeste étudiant pour un réveil écologique: se renseigner et s'engager !

 

Quelques autres articles à découvrir :

Dossier | La Pologne, bastion anti-crise de l’U.E. ? [4/6]

La Pologne a bénéficié de fonds importants de l’UE pour financer ses grands projets. Elle engrange surtout les bénéfices d’une décennie de réformes, d’un système bancaire sain et d’une politique...

“Fugue polonaise” de Beata de Robien – encore récompensée!

Après le grand prix Hervé Deluen 2013 de l'Académie Française pour l'ensemble de son œuvre, Beata de Robien est encore une fois récompensée. Son dernier roman "Fugue polonaise", paru en 2013 aux...

Radek Sikorski : “La Pologne n’acceptera pas de revenir sur l’acquis de Schengen”

La Pologne s'impose sur la scène européenne comme un nouvel acteur clé. Elle le doit autant à sa situation économique privilégiée, avec une forte croissance (4,3 % en 2011), qu'à une activité...

Hanna Gronkiewicz-Waltz, une Légion d’honneur très attendue

Hier, Hanna Gronkiewicz-Waltz recevait la Légion d'honneur à l'Ambassade de France. En novembre, sauf surprise, elle devrait être réélue maire de Varsovie. Nous vous proposons aujourd'hui un...
Share This